Plateau de Gergovie

Le plateau de Gergovie est un site archéologique majeur ; théâtre du siège de Gergovie en 52 avant J-C, l’une des principales batailles racontées par Jules César dans son ouvrage La Guerre des Gaules. Elle vit les forces gauloises rassemblées sous la conduite de Vercingétorix repousser victorieusement les assauts des légions romaines.

Aujourd’hui, il ne persiste pas de traces visibles de la ville fortifiée qui se dressait en haut de ce promontoire rocheux à l’époque. Toutefois, d’importants vestiges sont connus et laissés à l’abris sous terre. Ils sont mis en valeur dans un musée situé sur le plateau.
Outre son intérêt historique et archéologique, le site offre une vue exceptionnelle sur une grande partie de la chaine des Puys notamment.

Malgré ces atouts, le site ne disposait d’aucun outil de méditation en extérieur.  C’est la raison pour laquelle le département du Puy-de-Dôme a lancé un vaste projet d’aménagement paysager et de mise en place d’une signalétique d’interprétation patrimoniale.

Les rudes conditions climatiques du site (enneigement régulier et forts gels) et sa géographie (en Auvergne, terre de volcans) ont poussé l’équipe de maitrise d’œuvre à utiliser principalement la pierre de lave émaillée pour réaliser les panneaux de ce projet. Les supports sont majoritairement en acier Corten également pour une meilleure tenue dans le temps et un besoin d’entretien limité.

Empreinte a notamment réalisé une prouesse technique avec la réalisation d’une grande table de lecture entièrement en lave émaillée et présentant une forme pyramidale. Une grande précision dans l’ajustement des pierres de lave a été nécessaire pour permettre d’obtenir une pointe parfaite. Tout autour, 5 autres tables d’orientation en lave émaillée présentent les paysages à 360°. Cet ouvrage est baptisé le belvédère sommital car il a été positionné très précisément sur le point haut du plateau.

L’autre contrainte importante reposait sur l’impossibilité de creuser le sol du plateau pour réaliser des fondations. En effet, les vestiges archéologiques sont situés à une très faible profondeur (parfois moins de 20 cm). Une coordination importante a donc dû être mise en œuvre avec le lot en charge des aménagements paysagers pour permettre de fixer les mobiliers notamment sur des blocs de basalte local et de rattraper les niveaux de sol par apport de terre plutôt qu’en creusant.

Maitre d’ouvrage
Conseil départemental du Puy-de-Dôme

Architecte
Alain Freytet

Concepteur
WB Franck Watel

Caractéristiques techniques
Lave émaillée, acier Corten, structure en acier thermolaqué, pose en site historique, contraintes archéologiques importantes.